Association de Psychologues Cliniciens d'Orientation Freudienne

« La clinique de l’ironie et le dit du schizophrène »- 6eme Journée Atelier Histoire des concepts – La clinique de l’ironie et le dit-schizophrène

Date / Heure :
14/12/2013
9 h 00 min - 18 h 00 min

Catégories :


AFFICHE2-violet.jpgLa rencontre entre le sujet psychotique et le clinicien (au sein de l’hôpital, H de J, CMP, CAC, etc) permet de redécouvrir la fonction non seulement soignante mais sociale de l’institution, seule réponse envisageable devant les effets de la jouissance très envahissante dans la psychose. L’institution vient alors à la place du lien devenu impraticable. Comment influe-t-elle sur la clinique ? Comment le cadre institutionnel est-il utilisé par le sujet selon sa structure propre ?  L’existence sociale de l’institution ne saurait confondre deux dimensions : le soin – organisé selon une échelle temporelle qui va de la crise, à l’hospitalisation, aux consultations, aux lieux de vie, suivant la logique des traitements et d’autre part, la dimension du sujet. Comment chaque sujet fait-il de l’institution son symptôme ?  Cela a pour conséquence, que le clinicien ne puisse pas uniquement se situer du côté du savoir, ni se contenter d’adopter une oreille bienveillante, mais plutôt d’adopter la position de « secrétaire de l’aliéné » qui indique plutôt une façon de procéder permettant au patient de transcrire sa souffrance, son trop de jouissance, et de ponctuer son itinéraire personnel par un point de stabilisation, ou de compensation, ou de suppléance, voire de soutenir la création d’une invention sinthomatique.  

signé : Dario Morales

 

9 h 15 Ouverture : « La ponctuation comme signe de vie et arrêt de jouissance »

Gilbert JANNOT, psychiatre, psychanalyste, membre ECF, enseignant section clinique de Nice (06)

9 h 45 1re séance : La réalité au sein de l’institution : le « travail » au singulier du psychotique

Présidente de séance : Eliane CALVET, psychiatre, psychanalyste, membre ECF

« Narration, lecture, psychose »

Membres de l’équipe de l’UPPEA (enfant et adolescent), CH Sainte-Anne (75),

coordination Luce MONIER, psychologue

Claire JOSSO – FAURITE, psychologue, Dominique DURAZZI pédopsychiatre,

Geneviève GINOUX, psychologue, Hélène GIRARD, orthophoniste

11 h 2e séance : La « Krisis » et les contraintes thérapeutiques

Président de séance : Bernard Jothy, psychiatre, psychanalyste, membre ECF

« De l’errance à l’inattendu de la rencontre »

Alexandra De SEGUIN, psychiatre, CIAC, Hôpital de Longjumeau (91)

« Les figures du conflit »

 Fabrice PINON, psychologue, psychanalyste, Groupe Hospitalier Paul Guiraud (94)

14 h 15 3e séance : Itinéraires du corps, de la pulsion, du langage et la responsabilité du sujet

Président de séance : Kevin POEZEVARA, psychologue

« ‘Le travail de la psychose’ : négativer l’objet qui est comme de trop »

Dario MORALES, psychanalyste, membre ECF, psychologue, SMPR, CHSA (75)

  « La question du rythme dans l’invention maniaque »

Silvia LIPPI, psychologue, Hôpital de Longjumeau (91)

« Des mo(r)ts qui habitent le corps »

Noa FARCHI, psychanalyste, Association CAP Intervalle (75)

16 h30 4e séance : Le soin pour tous, sans forcément guérir

Présidente de séance : Camille ROUTIER, psychologue

  « Du dit du corps au dire du sujet »

Nadia ZAGUI AMORIM, psychologue, PJJ Arcueil (94)

 « Sans le joncher ni fuir… »

Reine HENAFF, psychiatre, CMP et Hôpital de Longjumeau (91)

18h00 : conclusion : Dario MORALES

%d blogueurs aiment cette page :