Association de Psychologues Cliniciens d'Orientation Freudienne

« L’école, lieu de soins ? – 28ème soirée clinique

Date / Heure :
26/01/2011
Toute la journée

Catégories :

Mots-Clefs :
lieu de soins, scolarité


affiche-26-01-11-ecole-lieu-soinAu moment de l’accès dans la scolarité, une partie des élèves ne parvient pas pour des raisons diverses, à acquérir les savoirs requis définis par les programmes ou considérés comme indispensables. Se pose alors la question de leur soutien à travers les réseaux d’aides (RASED) ou leur orientation vers les classes d’intégration (CLIS), souvent considérés comme l’ultime possibilité de maintenir l’enfant, reconnu comme intellectuellement déficient, dans un établissement scolaire ordinaire avec un statut d’écolier identique aux enfants de son âge. Pour d’autres, au contraire, l’orientation relève directement des structures plus spécialisées. Mais le choix d’une de ces voies aura été pour l’enfant un véritable parcours, maintes fois évalué, avec toute la souffrance lorsque la seule image qui lui est renvoyée est celle de son impossible inscription scolaire. Même si l’échec scolaire est constaté, combien d’élèves doivent subir différents essais d’orientation avant de trouver un lieu d’accueil qui leur soit adapté ? Et cela sans compter sur le discours ambiant, qui, pour des considérations budgétaires entre autre, tend à recommander à tout prix « l’inclusion » au sein de l’école ordinaire, fragilisant les liens que celle-ci avait construite avec les lieux de soins. Inversement, une fois admise la déficience, l’institution souhaite trouver une réponse adaptée au cas : soins accompagnant une scolarisation dans une classe ordinaire ; complément scolaire ; ou encore, prise en charge complète dans un établissement spécialisé, ouvert vers l’extérieur. Ces mesures sont nécessairement individuelles et donc multiples. Nos invités, la plupart issus de l’enseignement spécialisé, témoigneront, à partir de la diversité de leurs pratiques, du souci constant, – par l’émergence des acquisitions ou des apprentissages, de soutenir la fonctionnalité du langage qui engage la dimension du sujet et du corps, créant ainsi l’espace pour élaborer une parole habitée, chez des enfants jusqu’au-là privés de cet accès.

signé : Dario Morales

invités

Daniel Calin, agrégé de philosophie, formateur d’enseignants spécialisés et d’AVS
Juan Gomar, psychologue, Hôpital Marc Jacquet, Melun (77), ancien AVS
Equipe de l’Hôpital de jour Gombault-Darnaud, Paris (75) :
Laurent Delhommeau, psychiatre ; Jean Luc Deschamps, professeur d’anglais ; Sylvie Sansault, institutrice spécialisée

soirée animée par

Dario Morales, psychologue (CHSA), psychanalyste (membre ECF)

%d blogueurs aiment cette page :