Association de Psychologues Cliniciens d'Orientation Freudienne

30ème soirée crimino – « En père-dition »

Date / Heure :
26/06/2018 – 28/06/2018
20 h 30 min – 22 h 30 min

Catégories :

Mots-Clefs :


A quoi sert un père ? Winnicott donne plusieurs indications de ce à quoi sert un père : mère de substitution lorsqu’il s’agit d’assurer la logistique chez un enfant en deçà de deux ans ; il assure aussi le soutien de la mère et de l’enfant ; il est protecteur et l’appui de l’autorité ; présent quant aux désirs sexuels de la mère, symbolisant et donnant une limite à sa jouissance ; ces figures sont présentes ou absentes dans la réalité mais telle que nous la présente la métapsychologie, le père, ne peut être saisi que dans le mythe, comme fonction se référant à un réel qui semble être plus fort que le réel que venons d’évoquer. Le sujet peut, contre toute attente s’installer dans l’idée, sans trop abuser, qu’il est père. Il déclare en être le géniteur même s’il est carent, coupé de tout lien avec la mère et de son rejeton, car in fine ce qui compte c’est son désir d’en être le père. Si l’on suit ses dires, il est porteur du « symptôme père » ; à défaut d’avoir une place, à défaut de jouer une fonction, car nous le rencontrons en prison, père mis en examen, père ayant laissé sa place vacante, père en perdition ; néanmoins, il revendique son rang : en quoi consiste cet appel au père ? La place vide laissée par sa vacance – fait-elle retour dans sa fantasmagorie du sujet sous la forme du père imaginaire, père féroce, tyrannique ou inversement d’un père humilié ! Lorsque le réel prive et que le symbolique défaille, qu’en est-il de cet appel ? Symptôme ? Quelle serait alors son étoffe ?

%d blogueurs aiment cette page :