Association de Psychologues Cliniciens d'Orientation Freudienne

34ème soirée crimino – « La violence, simple phénomène ? Symptôme du lien social ! » «La violence conjugale ou la parole de l’amour court-circuitée par l’acte violent»

Chargement de la carte…

Date / Heure :
14/05/2019
20 h 30 min - 22 h 30 min

Emplacement :
Centre Hospitalier Sainte-Anne, Amphithéâtre Morel ; Pavillon Magnan

1 rue Cabanis 75014 PARIS

Catégories :

Mots-Clefs :
violence


La violence, simple phénomène ? Symptôme du lien social !

La violence conjugale ou la parole de l’amour court-circuitée par l’acte violent

 

Etre en couple est un champ qui interroge le désir, la jouissance des sujets. Dans notre univers culturel c’est au nom de cet affect qu’est l’amour que le choix est fait. Au cours de cette soirée nous nous attarderons sur les ratages du couple en prenant appui sur l’expérience des femmes et des hommes victimes de violence conjugale. Nous n’avons pas l’intention de réduire cette violence à un réel dont les faits divers sont friands, disputes, séparation, jalousie, meurtre etc, Nous voulons plutôt témoigner, à partir de leur parole hésitante ou déterminée, des avatars rencontrés dans cette tension dramatique. Il s’agit donc de comprendre les positions subjectives afin de cerner les impasses qui font que ces situations s’enkystent, durent ou se répètent ne trouvant parfois une limite qu’après l’intervention du magistrat, médecin, thérapeute ou éducateur.  Faire entrer les partenaires dans un discours, chercher avec eux des coordonnées subjectives qui poussent au passage à l’acte, en délivrer leur signification ou leur mode de jouissance, peut offrir à l’occasion une voie d’accès à la compréhension de ce qui est ignoré, dénié, le symptôme que pour chaque partenaire représente le fait d’être en couple. En effet pour un sujet se trouver en position d’objet pour le fantasme d’un autre c’est aussi risquer de se trouver pris dans des positions mortifères, surtout si en place d’un fantasme il a affaire, chez son partenaire à des constructions plus ravageantes, perverses ou délirantes. Inversement, il arrive aussi que le sujet sort de la scène qui le protège, ses défenses volent en éclat, l’angoisse envahit, la pensée est niée, l’agir se déchaîne. Le passage à l’acte ayant à la fois valeur d’apaisement de la tension subjective mais aussi paradoxalement d’auto-punition. Le travail d’élaboration s’il y consent, permet à ces sujets, agresseurs ou victimes, de se repérer autrement dans ce qui tant les hante en lien avec leur histoire.

 

 

 

Présentation : Dario MORALES, psychologue (CHSA), psychanalyste, membre ECF (78), « Le couple oublie que l’amour est un symptôme »

Invités : Alain LEGRAND, psychologue, psychanalyste, responsable du Centre SOS violences familiales (75) et président de la FNACAV (Fédération Nationale des Associations et des Centres de prise en charge d’auteurs de Violences Conjugales et Familiales), « Le traitement des violences conjugales en France ; approche clinique d’une situation ; Martine COSTES PEPLINSKI, responsable de METANOYA, centre de formation spécialisé sur Violence et Sexualité ; sexologue clinicienne, thérapeute spécialisée en psychotraumatismes et hypnose intégrative, « la thérapie avec les auteurs de violence conjugale : de la domination aux débordements émotionnels »

 

Soirée animée par Dario MORALES et José RAMBEAU

Coordination : Dario MORALES; e-mail : damofer@orange.fr ; Téléphone : 06 61 72 46 48

Soirée organisée par l’association APCOF – ACF-IdF et L’Envers de Paris

Entrée libre gratuite sans préinscription préalable

%d blogueurs aiment cette page :