Association de Psychologues Cliniciens d'Orientation Freudienne

9e après midi de l’atelier « psychologues à l’oeuvre » l’intervention des psychologue aux prises avec les mutations du travail : les enjeux du dialogue entre efficacité et santé

Chargement de la carte…

Date / Heure :
22/06/2019
13 h 00 min - 18 h 00 min

Emplacement :
Centre Hospitalier Sainte-Anne, Amphithéâtre Morel ; Pavillon Magnan

1 rue Cabanis 75014 PARIS

Catégories :

Mots-Clefs :
lien social, pratique psychologue, souffrance au travail


L’intervention des psychologues aux prises avec les mutations du travail

Les enjeux de la clinique entre efficacité et santé

L’annonce d’un Plan social est  vécu par le salarié comme un traumatisme aussi bien pour celui qui reste comme pour celui qui perd définitivement son emploi.  Après le choc initial, pour un nombre important des salariés, des vulnérabilités  physiques, psychiques se manifestent ;  l’attitude personnelle à l’égard de la satisfaction du travail, l’identification à l’entreprise ou à la fonction, la confiance dans le management  subissent également  des changements qui peuvent affecter durablement.  La mise en place d’actions prévues et préconisées par le législateur et par l’entreprise semble nécessaire. C’est dans le déploiement de ce dispositif que des permanences  psychologiques permettent d’accompagner les salariés à chaque étape du plan social. Ecouter les réactions, la part de débordement émotionnel, les peurs, l’ambivalence, les questions sans réponse, la perte de sens, le sentiment d’injustice, les envies de vengeance, le relâchement, le sentiment d’insécurité, etc. Pour les cliniciens, il s’agit ainsi d’accompagner des salariés fragilisés, pendant et après la période de négociation jusqu’à la restructuration ou au licenciement : il s’agit de soutenir dans le présent ; de revisiter le passé, pour que le salarié prenne conscience de ses impasses, ses demandes paradoxales et les affectes qui l’envahissent ; enfin, soutenir le désir, une projection dans le futur, au profit d’un rebond engageant une nouvelle trajectoire.

Première table ronde : un soutien dans le présent : transformer la plainte au bénéfice de l’action

Le clinicien accompagne le salarié pris dans sa posture de victime, grâce à un retour sur soi, à comprendre et à renouer avec sa part active afin qu’il puisse se séparer de ce qui est source d’angoisse, de culpabilité, voire d’inertie.

Deuxième table ronde : une action thérapeutique qui revisite le passé : oser savoir

Il s’agit de mobiliser la part active, étouffée par le conflit, la renforcer pour qu’elle fasse ressource permettant de restaurer le lien avec d’autres acteurs de son environnement professionnel – il s’agit d’un temps pour comprendre – ou le patient analyse les éléments générateurs de sa souffrance lui permettant d’identifier les répétitions pathologiques, sa honte et culpabilité.

%d blogueurs aiment cette page :