Association de Psychologues Cliniciens d'Orientation Freudienne

L’école, l’enfant, le clinicien (Autour de la souffrance psychique à l’école) – 7eme soirée clinique

Date / Heure :
26/09/2006
20 h 30 min - 23 h 00 min

Catégories :


C’est à l’école bien souvent, parfois dès son inscription, qu’un enfant va pour la première fois manifester des signes de souffrance communément reconnus comme «difficultés d’apprentissage et/ou de comportement ». Or la difficulté étant inhérente aux processus même des apprentissages, c’est d’abord l’enseignant qui fera ce qu’il pourra pour y remédier sur le plan pédagogique. En cas d’insuccès, il a, en principe, pour l’aider, des personnels spécialisés de l’Éducation Nationale : médecins de santé scolaire, infirmiers, assistants sociaux, psychologues,rééducateurs, maîtres spécialisés ayant pour missions des actions de prévention et de remédiation dans l’établissement.
Ils sont eux-mêmes en lien avec d’autres professionnels travaillant à l’extérieur de l’école au sein de structures médicopsychologiques, spécialisées, hospitalières, sociales,associatives. Quelles sont ces « difficultés » ne tenant ni à des maladies organiques ni à des troubles sensori-moteurs et devant lesquelles les maîtres demandent de l’aide ? Comment les professionnels à l’intérieur et à l’extérieur de l’école travaillent ils alors avec l’enfant et sa famille, avec les enseignants ? Selon quelles modalités ? Au travers de quels dispositifs ? À quels problèmes ces praticiens se heurtent-ils actuellement dans la reconnaissance de la « difficulté » sans stigmatiser l’enfant et sa famille, sans apporter de réponse thérapeutique standardisée à une question posée parce que l’enfant au travers de ses symptômes avec leur part « d’insupportable ». Cet « impossible à supporter », à éduquer, la psychanalyse nous a appris à le reconnaître comme se déroulant sur fond de bras de fer entre pulsion et civilisation. Et c’est dans ce « malaise » que l’enfant au singulier doit ménager, dans un espace de parole intime aujourd’hui plus ou moins et diversement malmené, avec l’aide des praticiens dans et hors établissement scolaire si nécessaire, son issue pour « savoir y faire » avec cet « inéducable » en lui.
Après la publication récente de l’expertise de l’Inserm qui préconise le dépistage précoce de « troubles des conduites » dans un contexte où le gouvernement prépare un plan de prévention de la délinquance, avec un traitement policier et pénal, la question est de savoir la place qui sera réservée aux multiples intervenants « psy » ; cette soirée
nous permettra de mettre l’accent sur l’éthique des professionnels à faire valoir une clinique de la parole et du discours.

signé : Dario Morales

invités :

Gérard Noir, médecin directeur CMP (Hauts de Seine)

Marc Turpyn, psychologue CMP (Hauts de Seine)

Danielle Girard, psychologue, CMPP (Hauts de Seine)

Huguette Danobert, psychologue, CMPP (Hauts de Seine)

Dominique Rousseau, psychologue de l’éducation nationale

Doris Mattauch-Metiaz, institutrice spécialisée (Paris 19e)

soirée animée par

Eliane calvet, psychiatre, psychanalyste (membre ECF)

Dario Morales, psychologue (CHSA), psychanalyste (membre ECF)

%d bloggers like this: